Message-Lumière
de la Famille Myriam

 

La Famille Myriam Beth'léhem est :

  • Une communauté nouvelle de l'Église catholique, née du Souffle de Vatican II. Elle fut fondée à Baie-Comeau en 1978 par Sœur Jeanne Bizier.
  • Une Famille-communion à la fois contemplative et missionnaire vivant une Expérience de Providence et désirant porter l'espérance au monde.

    Visitez le site de la Famille Myriam
Le Message-Lumière est un moyen d'évangélisation au service de la Parole. C'est un message spirituel, livré chaque jour, portant la Lumière du Christ. Le Message-Lumière sur Internet est écrit au Foyer Myriam-sur-Mer de la Famille Myriam à Cap-Chat, en Gaspésie. (418 786-5889). C'est un travail de « famille », c'est-à-dire qu'il est fait en complémentarité avec Monique et Jacques qui sont des membres externes de la Famille Myriam.

 

Dimanche, nous vivrons le dimanche des Vocations.

J'ai pensé vous partager quelques pas de ma vocation pour, avec vous, m'émerveiller de la grandeur de la Miséricorde de Dieu! Vous saviez sans doute que j'allais dire cela!

- Je suis née à l'hôpital de la Miséricorde, et ça remonte à loin!

- J'ai été adoptée par une famille qui désirait une belle petite fille comme moi, et qui me donna un frérot, et la foi. Ma famille n'était pas « super » religieuse, peut-on dire, mais j'ai quand même appris le « Souvenez-vous, Marie » sur les genoux de maman. Pendant tout un carême, je suis allée à la messe tous les matins, et mon papa m'y accompagna fidèlement. Mon frère et moi avons participé ensemble à la J.E.C. Belle famille des années 1950 où l'on se chamaillait et se réconciliait avant d'aller dormir, car c'était la règle d'or : « Il faut tous s'embrasser avant de se coucher », disait papa.
C'était il y a bien longtemps!

Durant mes études, sans être trop pieuse, j'aimais le catéchisme, et j'étais très active dans les mouvements de jeunes. Je pensais à la vie religieuse, mais c'était mon secret, et ce depuis ma première communion, à l'âge de 6 ans. Là encore, c'était il y a bien longtemps! Le jour de ma première communion, j'ai dit : « Je quitte le monde, et je me marie avec Jésus. »

Après mes études universitaires, je suis devenue pharmacienne, et j'ai oublié cette « vocation » que Jésus m'avait donnée. J'étais très heureuse dans mon travail, mais comme cela m'occupait beaucoup, je demandais à mes personnes âgées, mes patientes préférées, de prier pour moi. Eh bien, elles ont réussi! Leur prière fut entendue, et Dieu revint sur mon rivage, m'appelant une deuxième fois. N'est-ce pas de la Miséricorde, cela?

Et Jésus m'offrit ma vocation dans une Famille merveilleuse, la Famille Myriam. Je ne savais pas, il y a 37 ans, qu'en épousant Jésus, j'épousais toute l'Humanité..., mais quelle surprise que cette grande famille! J'en suis ravie tous les jours. De plus, tous les jours, depuis 37 ans, Jésus m'appelle et me rappelle.
Aujourd'hui, en sortant du sacrement du pardon, je disais au prêtre :
« Quel grand bonheur que celui de toujours et toujours pouvoir recommencer! »

Vous êtes encore là, sans dormir!
Très bien, alors, à votre tour :
faites le tour de votre vocation avec le bon Dieu, et vous verrez la grandeur de sa Miséricorde!