Message-Lumière
de la Famille Myriam

 

La Famille Myriam Beth'léhem est :

  • Une communauté nouvelle de l'Église catholique, née du Souffle de Vatican II. Elle fut fondée à Baie-Comeau en 1978 par Sœur Jeanne Bizier.
  • Une Famille-communion à la fois contemplative et missionnaire vivant une Expérience de Providence et désirant porter l'espérance au monde.

    Visitez le site de la Famille Myriam
Le Message-Lumière est un moyen d'évangélisation au service de la Parole. C'est un message spirituel, livré chaque jour, portant la Lumière du Christ. Le Message-Lumière sur Internet est écrit au Foyer Myriam-sur-Mer de la Famille Myriam à Cap-Chat, en Gaspésie. (418 786-5889). C'est un travail de « famille », c'est-à-dire qu'il est fait en complémentarité avec Monique et Jacques qui sont des membres externes de la Famille Myriam.

 

La fête de l’Immaculée Conception, qui précède immédiatement le deuxième dimanche de l’Avent, nous permet d’affirmer que ce n’est pas seulement Jean-Baptiste qui a préparé la voie au Messie.

C’est d’abord et surtout Marie, Vierge et Immaculée dès sa conception, c’est celle qui de la manière la plus élevée et la plus généreuse a fait en sorte que le chemin vers le Seigneur soit aplani d’une manière définitive en « écrasant la tête du serpent ».

Lorsque les voies de Dieu semblent difficiles, perdantes, par rapport à celles que l’apparence et la grosse caisse assourdissante des médias nous fait paraître bonnes, belles et désirables, n’oublions pas que Marie est prête à accourir vers nous, comme chez Élisabeth, pour nous apporter le réconfort et la joie, pour nous aider à redresser nos chemins parfois tortueux. Apprenons de Marie à aplanir les chemins sur lesquels nous pouvons nous diriger vers le bien, avec le bien et pour le bien.

La rencontre avec le Christ, porté vers nous par Marie comme elle l’a porté jusqu’à sa cousine Élisabeth, nous permet de demander à la Vierge Marie, qui a accueilli et gardé en son cœur le Fils de Dieu, de recevoir et de conserver dans notre cœur Jésus, ce « flot incessant d’amour » fait chair.

La grâce du « oui » de Marie, qui se joint à notre fragile « oui », transforme la terre en un autel, et tout le travail de l’homme devient une offrande de louange (hymne de louange), de joie et de mission. Ce n’est pas facile, mais c’est merveilleux de dire ce « oui » qui est contraire à ce qu’on appelle le bon sens commun. Il y a deux mille ans, à Nazareth, comme partout dans le monde juif, il y avait des péchés considérés comme les plus grands : l’idolâtrie (= infidélité à Dieu) et l’adultère (= infidélité à son mari). Marie, avec son oui à l’ange « trahit » son mari et dit qu’elle a conçu le Fils de Dieu. Marie s’est abandonnée en toute confiance à Dieu, et Dieu s’est « abandonné » à elle en devenant « le fruit de ses entrailles ». La Vierge Marie accepta tout de Dieu, devint la Mère de Jésus, et prit la vérité entre ses bras.

Mais cet abandon total de Marie au vrai Dieu a permis un vrai Noël, selon la bonne volonté de Dieu. Alors, préparons-nous à dire, à Noël : « Jésus est né », mais avec moins de sentimentalisme, conscients de ce que cela signifie de dire « oui » à Dieu, et de ce que cela implique. Marie dit : « Oui, j’ai confiance en Toi, Seigneur, Tu me défendras et Tu me conduiras. » Faisons de même afin qu’il se passe en nous ce qui s’est passé pour Marie : « Le Verbe s’est fait chair, et il a habité parmi nous. » Mgr Follo