Message-Lumière
de la Famille Myriam

 

La Famille Myriam Beth'léhem est :

  • Une communauté nouvelle de l'Église catholique, née du Souffle de Vatican II. Elle fut fondée à Baie-Comeau en 1978 par Sœur Jeanne Bizier.
  • Une Famille-communion à la fois contemplative et missionnaire vivant une Expérience de Providence et désirant porter l'espérance au monde.
  • Visitez le site de la Famille Myriam
Le Message-Lumière est un moyen d'évangélisation au service de la Parole. C'est un message spirituel, livré chaque jour, portant la Lumière du Christ. Le Message-Lumière sur Internet est écrit au Foyer Myriam-sur-Mer de la Famille Myriam à Cap-Chat, en Gaspésie. (418 786-5889). C'est un travail de « famille », c'est-à-dire qu'il est fait en complémentarité avec Monique et Jacques qui sont des membres externes de la Famille Myriam.

 

Basilique Sainte-Marie-Majeure à Rome

La basilique Sainte-Marie-Majeure domine la ville de Rome depuis près de seize siècles : temple marial par excellence, elle représente une référence pour ceux qui arrivent de toutes les parties du globe dans la Ville Éternelle pour y apprécier ce que la basilique offre par sa monumentale grandeur.

Située sur le sommet de l'Esquilin, une des sept collines de Rome, la basilique Sainte-Marie-Majeure est une des quatre basiliques patriarcales de Rome et est la seule qui ait conservé les structures d’origine. La tradition veut que ce fût la Vierge qui indiqua et inspira la construction de sa demeure sur l'Esquilin. En apparaissant dans un rêve au patricien Jean et au pape Libère, elle demanda la construction d'une église en son honneur, dans un lieu qu'elle aurait miraculeusement indiqué. Le matin du 5 août 356, l'Esquilin apparut couvert de neige. Le pape traça le périmètre de la nouvelle église et Jean pourvut à son financement. Mais elle ne fut vraiment érigée qu'au lendemain du Concile d'Éphèse (451) comme l'hommage du peuple romain à la sainte Mère de Dieu.

 

Dans la basilique, mosaïque du couronnement de
Marie au ciel

La Vierge s'explique et se comprend par sa relation particulière, unique, à l'Homme-Dieu. Elle est distinguée par Dieu entre toutes les femmes parce qu'il faut une mère à l'Homme-Dieu.

Toute cette harmonie préétablie entre celle qui serait la Mère et celui qui serait le Fils, le Fils, en son temps, l'approfondirait, l'embellirait, l'enrichirait de mille manières. Sa mère serait éminemment tout ce qu'il veut que soit son disciple, sa mère serait son premier disciple : elle serait parfaite comme le Père céleste est parfait, elle serait bonne comme le Père céleste est bon; elle nous aimerait comme il veut que nous nous aimions, c'est-à-dire comme il nous a aimés lui-même. Elle est la compagne de sa vie intérieure. Elle est sa réplique parfaite et comme son miroir. Elle est sa mère. Il l'appelle de ce nom unique dans la bouche de l'homme, il lui voue ce sentiment unique dans le cœur de l'homme.

Et un disciple de Jésus, un homme qui aime Jésus et qui pour lui se passionne, pourrait-il ne pas aimer Marie, ne pas confondre dans un seul sentiment ce Fils et cette Mère? Quels coups de lumière sur une âme que les quelques paroles de Marie relatées par l'Évangile!