Message-Lumière
de la Famille Myriam

 

La Famille Myriam Beth'léhem est :

  • Une communauté nouvelle de l'Église catholique, née du Souffle de Vatican II. Elle fut fondée à Baie-Comeau en 1978 par Sœur Jeanne Bizier.
  • Une Famille-communion à la fois contemplative et missionnaire vivant une Expérience de Providence et désirant porter l'espérance au monde.

    Visitez le site de la Famille Myriam
Le Message-Lumière est un moyen d'évangélisation au service de la Parole. C'est un message spirituel, livré chaque jour, portant la Lumière du Christ. Le Message-Lumière sur Internet est écrit au Foyer Myriam-sur-Mer de la Famille Myriam à Cap-Chat, en Gaspésie. (418 786-5889). C'est un travail de « famille », c'est-à-dire qu'il est fait en complémentarité avec Monique et Jacques qui sont des membres externes de la Famille Myriam.

 

« Aimez vos ennemis », dit Jésus dans l'Évangile du jour.

Et Jésus ira plus loin en disant : « Si vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous? »

Je reconnais qu'actuellement, dans l'histoire du monde, il y a des personnes qui vivent des situations horribles où le pardon humain semble impossible, et où Dieu seul pourrait faire le miracle du pardon à donner. Je sais aussi que le « par-don » est un acte divin auquel Dieu nous donne de participer.

Mais l'Évangile nous parle aussi de ces personnes à nos côtés qui, par exemple, ne comprennent pas assez vite ou qui vont trop vite. Des personnes qui ont des manières de faire différentes qui nous DÉRANGENT. Voilà le hic : il me dérange, elle me dérange.

Jésus nous invite à la perfection de la charité : nous faisons nos efforts, et Dieu fait la perfection, car Il est parfait.

Dans le chapitre 25 de saint Matthieu sur le jugement dernier, Jésus nous parle des gens qui ont faim, qui ont soif, qui sont nus, qui sont prisonniers... Je pensais à ceux qui me DÉRANGENT : ont-ils faim parce que je ne leur offre rien ni de mon cœur ni de mon sourire? Ont-ils soif parce que je ne leur dis rien de beau? Sont-ils affamés de mon amitié? Sont-ils nus, car mon regard ne les couvre jamais? Ce sont des questions que je me pose, et après y avoir répondu, j'irai au sacrement du pardon, ayant soif de conversion à une charité plus authentique.

Jésus nous invite, et Il pourrait nous dire : « Mon ami, change et convertis-toi. Aime-moi en tes frères tel que Je suis, et non comme tu voudrais que Je sois. »