Message-Lumière
de la Famille Myriam

 

La Famille Myriam Beth'léhem est :

  • Une communauté nouvelle de l'Église catholique, née du Souffle de Vatican II. Elle fut fondée à Baie-Comeau en 1978 par Sœur Jeanne Bizier.
  • Une Famille-communion à la fois contemplative et missionnaire vivant une Expérience de Providence et désirant porter l'espérance au monde.

    Visitez le site de la Famille Myriam
Le Message-Lumière est un moyen d'évangélisation au service de la Parole. C'est un message spirituel, livré chaque jour, portant la Lumière du Christ. Le Message-Lumière sur Internet est écrit au Foyer Myriam-sur-Mer de la Famille Myriam à Cap-Chat, en Gaspésie. (418 786-5889). C'est un travail de « famille », c'est-à-dire qu'il est fait en complémentarité avec Monique et Jacques qui sont des membres externes de la Famille Myriam.

 

Quelle joie si un jour, à notre arrivée au ciel, Jésus nous disait :
«
 E
ntre mon ami, toi qui as tout donné. Tout ce que tu avais pour vivre, tu l'as donné! »

C'est ce que Jésus disait de la pauvre veuve qui avait mis deux piécettes dans le tronc au temple. N'est-ce pas l'attitude des vrais pauvres? Combien j'ai vu de braves personnes comme cette dame de l'Évangile! Je vous raconte une belle histoire d'Haïti... sous un arbre.

Un jour, un pauvre homme passa à notre maison et demanda à manger; il ne demandait qu'une banane, rien de plus. Nous lui en avons donné trois. Il alla s'asseoir devant la maison sous un arbre, et commença à manger lentement une de ses bananes. Passa au même moment un petit garçon en guenilles; il regarda l'homme longuement. Celui-ci, sans dire un mot, lui fit un signe de la tête signifiant : « Viens t'asseoir. » Le petit bonhomme arriva, s'assit près du vieux monsieur, et commença à manger la banane donnée. Tout se passa en silence. Le petit termina le premier et regarda le vieux monsieur comme pour dire : « Tu fais quoi avec l'autre? » Et après quelques secondes, je vis le petit recevoir la dernière banane, la dévorer... et repartir en sautillant. Notre ami demeura sous l'arbre, sans doute pour digérer sa joie, son bonheur.

J'ai hâte de revoir ce saint au ciel.